Insomnie : un trouble du cerveau à l’origine ?

Insomnie : un trouble du cerveau à l’origine ? ©iStock

Très répandue, l'insomnie est un trouble du sommeil néanmoins inexpliqué. Des chercheurs estiment que la raison se trouve au niveau d'une substance présente dans le cerveau, essentielle pour réguler le sommeil.

Publicité
Publicité

Quand certains tombent dans les bras de Morphée dès que les yeux se ferment, d'autres mettent des heures à s'endormir ou n'arrivent pas à trouver un sommeil profond. Une différence qui s'expliquerait par une anomalie dans une zone bien précise du cerveau, estiment des chercheurs du Guangdong No. 2 Provincial People's Hospital (Chine). En utilisant une technique d'IRM sophistiqué, les chercheurs ont découvert une altération dans la matière blanche du cerveau chez les personnes souffrant d'insomnie.

Publicité

La conscience, le sommeil et la vigilance affectés ?

"La matière blanche constitue de longues fibres de cellules nerveuses qui relient une partie du cerveau à l'autre, a déclaré Li Shumei, principal auteur de l'étude. Si ces faisceaux de matière blanche sont altérés, la communication entre les régions du cerveau est perturbée." Les résultats de l'analyse ont montré que, par rapport aux témoins sains, les patients souffrant d'insomnie possédaient moins de matière blanche dans plusieurs régions de l'hémisphère droit du cerveau et au niveau du thalamus, qui régule la conscience, le sommeil et la vigilance.

Or, "ces substances blanches détériorées sont principalement impliquées dans la régulation du sommeil et de l'éveil, les fonctions cognitives et sensorimotrices", précise Li Shumei. En outre, les anomalies dans le thalamus et dans le corps calleux, le plus gros faisceau de substance blanche interconnectant les deux hémisphères cérébraux, sont associés à la durée de l'insomnie du patient et à un risque de dépression. Les chercheurs ont constaté que la cause sous-jacente de cette anomalie serait la perte de la perte de la myéline, la couche protectrice autour des fibres nerveuses.

Leur étude est parue dans le journal Radiology

Retrouvez le sommeil avec un spécialiste

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité