Infarctus : la maladie que vous risquez si vous avez des poignées d’amour

Infarctus : la maladie que vous risquez si vous avez des poignées d’amour©iStock

La graisse abdominale constitue un danger pour votre corps, en jouant sur vos taux de triglycérides et de cholestérol. Découvrez de quelle maladie les poignées d’amour sont un facteur de risque

Publicité
Publicité

Des "tueurs silencieux". C’est ainsi que les médecins de l’université Florida Atlantic désignent les poignées d’amour. Et pour cause : associées à une tension élevée et à de hauts taux de cholestérol, elles augmenteraient le risque d’infarctus de 18% .

Publicité

La graisse abdominale, facteur de risque du syndrome métabolique

Ces scientifiques américains expliquent dans le Journal of Cardiovascular Pharmacology and Therapeutics que la graisse abdominale, souvent désignée par le terme "poignées d’amour", contribue au développement du syndrome métabolique, une condition physique qui augmente le risque de diabète et de maladies cardiaques. "Le facteur majeur qui accélère la voie vers le syndrome métabolique est le surpoids et l’obésité", précise en effet le docteur Charles Hennekens, co-auteur de l’étude, dans un communique Science Daily. Et les kilos en trop les plus inquiétants sont ceux qui se logent au niveau du ventre . Ainsi, pour une santé optimale, le tour de taille d’un homme ne devrait pas excéder 100 centimètres et celui d’une femme 88 cm , rappelle le communiqué.

Diabète, triglycérides et cholestérol

Mais pourquoi les poignées d’amour sont-elles si dangereuses ? Selon les auteurs de l’étude, la graisse abdominale qui entoure les viscères peut entraîner une résistance à l’insuline mais aussi une accumulation de gras dans le foie et dans les muscles. Conséquence : le corps développe un diabète de type 2 et connaît une hausse des taux de triglycérides et de cholestérol, augmentant alors les risques de maladies cardiovasculaires et d’accidents cardiaques comme l’infarctus . C’est pourquoi le tour de taille est un indice plus fréquemment pris en compte dans l’évaluation de risques de maladies cardiovasculaires que l’indice de masse corporelle (IMC).

Vidéo. Infarctus : ces signes que les femmes ignorent

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité