Incroyable : elle a été victime du Mediator, de la pilule 3e génération et du naufrage du Concordia !

Publicité
Publicité

marie dolores ribas Marie Dolorès Ribas est une miraculée. C'est en 2006, à l'âge de 46 ans, que sa vie a basculé. Mariée et mère de 3 enfants, elle est obligée de changer de contraception. Son médecin lui prescrit la pilule de 3e génération Melodia. Surviennent alors des douleurs violentes à une jambe, puis aux deux... Hospitalisée d'urgence, on lui annonce qu' elle souffre d'une ischémie aiguë, ses artères sont thrombosées et les séquelles irréversibles . Déclarée en invalidité, elle perd son emploi de cadre dans l'immobilier. Jusqu'en décembre 2012, elle ne sait pas réellement la cause de ses lourds soucis de santé. On parle de stress, de surmenage au travail... Mais en découvrant la polémique médiatique sur les dangers de la pilule de 3e génération, elle comprend que le responsable de son malheur est son moyen de contraception. Elle décide de porter plainte contre le laboratoire Bayer. Entre temps, Marie apprend par une lettre de l'ANSM qu' elle encourt plusieurs risques liés à la prise du Mediator , traitement antidiabétique qu'elle a pris entre 2003 et 2006 pour perdre du poids. Par chance, elle reconnaît avoir eu quelques palpitations au coeur mais ne pas avoir développé de valvulopathies, des atteintes cardiaques potentiellement mortelles. Marie est suivie néanmoins de près par un cardiologue. En parallèle à ces deux combats, Marie doit faire face à plusieurs décès dans son entourage. "Cela a commencé par maman et tous les trois mois, je perdais quelqu’un de ma famille , sept en tout. Je sais que cela fait partie de la vie, mais j’avoue qu’à une telle cadence, ça m’a posé question" a -t-elle expliqué au quotidien Le Dauphiné . Eprouvée et fatiguée, Marie décide d'entreprendre avec son mari, son beau-frère et sa belle-soeur, une croisière... sur le Costa Concordia. Le 13 janvier 2012, les médias annoncent que le paquebot a chaviré. 32 personnes n'en sont pas revenues. Par "chance", Marie et sa famille s'en sortent. Malgré tout ça, elle garde confiance. "Je ne crois pas aux ondes négatives. Je ne veux pas penser à ce qu'il peut m'arriver. Tout ça ne doit pas m'empêcher de passer à autre chose et de continuer à vivre."

Publicité
Marie Dolorès Ribas a décidé de raconter son histoire dans un livre Le Concordia, une nuit pour la vie , (éditions Mélibée).

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité