Hôpital : A 87 ans, il reste 25 heures sur un brancard sans boire ni manger

Publicité
Publicité

brancard 25 heures gaston bourdon L'histoire de Gaston Bourdon, 87 ans, entâche sérieusement l'hôpital public. Arrivé aux Urgences pour de violentes douleurs abdominales, il reste 25 heures sur un brancard sans boire ni manger. De plus, l'établissement hospitalier n'aurait pas diagnostiqué un grave ulcère à l'estomac, à l'origine de sa souffrance.

Les faits se déroulent à l'hôpital Pierre-Oudot de Bourgoin-Jallieu (Isère)."Je suis arrivé à 17h45 en ambulance [...]. On m'a déposé sur un brancard et j'ai attendu jusqu'à 23h avant qu'une infirmière me transporte dans un box pour une prise de sang.[...] A minuit on m'a fait une radio. A une heure du matin, on m'a posé une sonde à l'estomac. Et on m'a de nouveau abandonné sur mon brancard alors que je souffrais ", raconte le patient à RTL.fr.

Publicité
Au final, à 17h, un médecin lui explique qu'aucun lit n'est disponible. "J'ai donc dû repartir chez moi en ambulance vers 19 heures. Rester 25 heures sur un brancard, sans boire ni manger, à 87 ans, c'est inadmissible ", déplore le retraité. Le lendemain, les médecins de l'hôpital d'Ambérieu-en-Bugey (Ain) diagnostiquent un ulcère à l'estomac. "A l'hôpital de Bourgoin, ils n'avaient rien détecté. Un peu plus, j'y passais ", réagit Gaston Bourdon.

Le retraité ne compte pas en rester là. "Je vais écrire au ministre de la santé pour lui dire comment on s'occupe des malades dans un hôpital public."

A lire aussi :

- La liste noire des hôpitaux et des cliniques
- Les erreurs médicales les plus fréquentes
- Faut-il avoir peur de l'hôpital ?

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité