Ce qu'il faut faire pour améliorer le fonctionnement de ses intestins

Publicité

Le plus tôt est le mieux : voilà la conclusion de chercheurs sur l'importance de l'exercice physique. Dès le plus jeune âge, le sport aurait la capacité à jouer un rôle-clé dans la formation de la communauté microbienne intestinale, essentielle pour un bon métabolisme.

Publicité

© FotoliaSi les bénéfices du sport sont visibles à l'extérieur (un corps plus tonique, une peau plus lumineuse) ils le sont aussi à l'intérieur de l'organisme, et de nouvelles études le prouvent chaque jour. Des chercheurs de l'université du Colorado ont découvert que l'exercice pratiqué tôt dans la vie influe bénéfiquement sur la communauté microbienne de l'intestin. Cette partie du système digestif qui comprend des trillions de micro-organismes connait en effet une meilleure activité métabolique grâce aux effets de l'exercice physique.

Leur étude qui a été récemment publiée dans la revue Immunology and Cell Biology indique qu'il existe une fenêtre d'opportunités pour optimiser les chances d'une meilleure qualité de vie, à condition de s'y prendre tôt dans le développement humain. "L'exercice affecte de nombreux aspects de la santé, à la fois métabolique et mentale, et les gens commencent seulement à regarder du côté des microbes intestinaux ", a déclaré Monika Fleshner, l'auteur principal de l'étude. "C'est l'un des nouveaux aspects de cette recherche."

Publicité
Egalement bénéfique pour le cerveau

Les microbes résidants dans l'intestin humain apparaissent dès la naissance et sont vitaux pour le système immunitaire et diverses fonctions neuronales. Ils contribuent au profil génétique d'une personne et possèdent un pouvoir énorme pour influencer sa physiologique. A l'âge adulte, ils sont influencés par les habitudes alimentaires et le sommeil, mais c'est dans le plus jeune âge qu'ils sont particulièrement "plastiques", soit façonnables. Pour confirmer cette hypothèse, les chercheurs ont mené des travaux sur de jeunes rats.

Ils ont révélé que par rapport à des rats sédentaires ou rats adultes actifs, les jeunes rats qui s'exerçaient tous les jours ont développé une structure microbienne plus bénéfique, notamment des probiotiques indispensables au bon fonctionnement de l'intestin. Comme le cerveau répond à des signaux de l'intestin, les chercheurs estiment que ces bénéfiques s'appliquent également à cette partie du corps. Une communauté saine de microbes intestinaux aurait notamment la capacité de fournir des effets anti-dépresseurs.

"Les recherches sur cet écosystème microbien seront affinées sur la façon dont ces microbes influencent le fonctionnement du cerveau d'une manière durable, "a déclaré Agnieszka Mika, membre du groupe scientifique. Les chercheurs n'ont pas encore mis en évidence l'âge exact où les microbes des intestins sont particulièrement influençables mais les résultats indiquent que le plus tôt est le mieux. Ils espèrent néanmoins explorer de nouveaux moyens pour en faire de même chez l'adulte, dont la communauté microbienne est plus résistante au changement.

Vidéo. Son étude des excréments devient un bestseller

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité