Faire croire à une cellule cancéreuse qu’elle meurt de chaud pour la tuer

Publicité

Des chercheurs français ont réussi à rendre des cellules tumorales plus sensibles à la chaleur pour augmenter leur destruction.

Publicité

Des chercheurs de l’Institut Curie de Paris viennent sûrement de mettre la main sur un procédé révolutionnaire pour détruire les cellules cancéreuses, en alliant radiofréquence et molécules "Dbait" (courts fragments d'ADN).

La chaleur bloque en partie la réparation de l'ADN

Publicité
Alternative à la chirurgie, la radiofréquence permet de détruire les métastases de cancer du côlon logées dans le foie. Les cellules cancéreuses sont exposées à un courant alternatif de haute fréquence provoquant une forte chaleur. Des études ont démontré que cette température élevée bloquait l’un des deux mécanismes de réparation de l’ADN.

Le second processus pouvant être alteré par des molécules "Dbait", les scientifiques ont associé les deux méthodes. Les fragments d’ADN se font passer pour des fragments à réparer, accaparant ainsi le système de réparation.

Résultat ? Si la radiofréquence ou les molécules "Dbait" ne présentaient que peu d’effets sur les cellules cancéreuses isolément, leur utilisation conjointe entraînait la régression de la tumeur. Les cellules voisines présentaient également des anomalies génétiques, preuve que la réparation de l’ADN ne pouvait avoir lieu. Les deux systèmes de réparation étant bloqués, les cellules cancéreuses ont été détruites.

Cette association radiofréquence/"Dbait" est actuellement en phase d’essai clinique précoce sur 20 patients atteints de mélanomes métastatiques résistant à la chimiothérapie.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité