Etre nul en maths ne serait pas génétique !

Publicité

Deux professeurs d'économie et de finance expliquent que, contrairement aux idées reçues, être mauvais en maths ne serait pas une question de gènes, mais plutôt de travail, de confiance en soi et de préparation.

Publicité

Être nul en mathématiques n’est pas une fatalité et encore moins lié à vos gènes. Selon Miles Kimball et Noah Smith, respectivement professeurs d’économie et de finances tout est une question de préparation, de confiance en soi et de travail. Du moins, pour avoir le niveau requis au BAC. Au cours de leurs parcours, les deux enseignants ont pu remarquer que les enfants préparés par leurs parents réussissent mieux aux premiers exercices de maths alors que ceux qui ne le sont pas ont un niveau juste convenable. Le problème c’est que ces derniers ne savent pas que les meilleurs sont préparés, du coup "ils en déduisent que la génétique a déterminé la différence de performance. Ils décident qu’ils ne sont pas "matheux", et arrêtent de faire des efforts", expliquent les professeurs sur le site Quartz. De leur côté, ceux avec de bonnes notes, ne savent pas non plus qu’ils sont mieux préparés que les autres. Du coup, ils pensent "être matheux, travaillent dur et confortent leur avantage". Voilà qui devrait peut-être réconcilier certains avec les problèmes et les équations !

Publicité

Publicité
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité