Etonnant mais... tricher fait du bien !

Publicité

Une étude montre que les personnes qui trichent se sentent bien après. Une nouvelle plutôt mauvaise...

Publicité

trichep© Fotolia Dès le plus jeune âge, on nous apprend qu'il ne faut pas tricher. Or, des chercheurs de l'université de Washington démontrent que cet acte pourrait créer un sentiment agréable d'auto-satisfaction. Ils se sont en fait penchés sur le ressenti des tricheurs en leur donnant différents tests écrits. Verdict : ceux qui ont triché se sentaient bien - ils appellent ça "le plaisir du tricheur". Même dans le cas où tricher entraînait une non-validation des résultats, ceux qui l'ont fait ressentaient plus d'auto-satisfaction que ceux ayant joué le jeu. Plus marquant encore, les tricheurs qui ont reçu un appel à la fin du test expliquant à quel point il était important de ne pas tricher se sentaient mieux que ceux n'ayant rien reçu.

Une découverte troublante

Publicité
"Il est perturbant de voir que les gens se sentent mieux après avoir triché, car il y a un renforcement émotionnel du comportement, signifiant qu'ils pourraient davantage recommencer", constate Nicole E Ruedy, auteur principal de l'étude. Selon elle, il est possible qu'un phénomène de groupe pour tromper le système "accentue le plaisir en répartissant la responsabilité en cas de conséquences négatives et en construisant un sens de la camaraderie".
Le New York Times rapporte que de tels résultats ont supris les spécialistes du genre, tels que Scott Wiltermuth, maître de conférence à l'université de Californie du Sud. Il explique que "montrer des personnes se sentant bien après avoir commis une transgression morale est plutôt novateur".

Les conclusions de ces études guident les chercheurs vers d'autres études plus poussées sur la compréhension des émotions et leur influence sur la morale et l'éthique. Du téléchargement illégal à la fraude fiscale, en passant par le dopage, il y a de quoi faire...

Source : The Cheater’s High: The Unexpected Affective Benefits of Unethical Behavior, Journal of Personality and Social Psychology , octobre 2013

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité