Elle décède suite à une allergie à sa coloration capillaire

Publicité

Les résultats d'une enquête révèlent la responsabilité d'un composant contenu dans une coloration pour cheveux qui aurait causé une allergie mortelle à une jeune femme qui avait abusé de l'utilisation du produit.

Publicité

Pour le mari de Julie Mcbe, la mort de sa femme "aurait pu être évitée si les étiquettes des cosmétiques attiraient l'attention sur les risques d'allergies". Les résultats de l'enquête sur la mort de sa femme, Julie Mcbe, 39 ans, ont confirmé que le décès est dû à une puissante allergie à l'un des composants appelé "p-phénylènediamine (PPD)" contenu dans une coloration capillaire qu'elle utilisait une fois par mois depuis 2005, rapporte le site britannique Dailymail.

Le début de l'allergie dû à un tatouage au henné

Publicité
Les résultats d'analyse ont également montré que le composant chimique était contenu en très forte quantité sur un tatouage au henné qu'elle s'était fait faire à Dubaï en 2007. "Ce genre de tatouage est à éviter comme la peste", a déclaré le médecin légiste en charge. L'utilisation trop fréquente de sa coloration pour cheveux n'aurait fait qu'aggraver son allergie. Selon l'enquête, Julie Mcbe aurait été chez le médecin plus de 20 fois pour se plaindre de démangeaisons, mais sans jamais mentionner l'utilisation de la coloration. En 2011, son mari se souvient l'avoir entendu crier et ne plus pouvoir respirer juste avant de tomber dans le coma. Elle décèdera un an plus tard d'une crise cardiaque.

Pour le médecin légiste, les marques de cosmétiques doivent encourager les consommateurs "à être vigilants à la moindre réaction anormale à l'un de leur produit".

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité