Détecter un cancer de la prostate dans l’urine

Détecter un cancer de la prostate dans l’urine

Des chercheurs ont mis au point un diagnostic urinaire du nom de Odoreader, conçu comme nez électronique pour détecter le cancer de la prostate. Il permettrait d’éviter aux patients d’éviter des examens de santé difficiles physiquement et psychologiquement parlant. 

Publicité
Publicité

La biopsie, diagnostic très invasif pour détecter le cancer de la prostate chez les hommes, pourrait bientôt devenir du passé. Ce dernier est prescrit si de précédents examens comme un toucher rectal et une prise de sang pour faire le dosage d’une protéine fabriquée par la prostate appelée PSA permettent de détecter une anomalie. Une équipe de chercheurs de l’université de Liverpool a franchi une étape importante vers la création d’un nouveau test de diagnostic simplifié, nommé Ororeader.

Le test en question sera urinaire car il utilisera un outil spécial pour détecter "l’odeur du cancer dans l’urine des hommes", expliquent les scientifiques dans la revue Journal of Breath Research. Ce dernier combine une technique d’analyse par chromatographie en phase gazeuse, qui sépare des molécules différentes d'un même, avec un algorithme de diagnostic de cancers urologiques. Le dispositif a ensuite été testé sur 155 hommes en bonne santé ou concernés par un problème urologique.

Publicité

Bientôt disponible en cabinet ?

Dans ce groupe, 58 ont été diagnostiqués avec un cancer de la prostate, 24 avec un cancer de la vessie et 73 avec une hématurie (présence de sang dans les urines). Les résultats ont montré que le système avait permis avec succès d’identifier les différents composés volatils qui permettent la classification des échantillons d’urine provenant de patients atteints de cancer urologique. Le test haut de 30 mètres permet aux composés de l’urine de le traverser à plusieurs vitesses puis d’être séparés.

Les chercheurs ont bon espoir que le test permette de les détecter un stade précoce, quand ils sont plus traitables, et d’éviter aux patients les aléas des tests actuels. "La prochaine étape est de fabriquer cette technologie dans un format plus convivial. Avec l’aide de l’industrie nous serons en mesure de le développer davantage, ce qui lui permettra d’être utilisé là où il est le plus nécessaire, dans le cabinet du médecin", conclut l’auteur principal de l’étude, le Dr Chris Probert.

Video. Le cancer de la prostate

Publicité

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité