Des somnifères qui augmentent le risque d'Alzheimer

Publicité

Des chercheurs français démontrent que l'utilisation de benzodiazépines peut favoriser le développement de la maladie d'Alzheimer, même après trois mois d'utilisation.

Publicité

Dans une étude publiée dans le British Medical Journal (BMJ), des chercheurs de l'Inserm montrent que la prise de médicaments benzodiazépines* pour soigner des troubles du sommeil ou de l'anxiété peut être associée à un risque accru de développer la maladie d'Alzheimer, après 65 ans. Le risque, proportionnel à la durée d'exposition, a particulièrement été mis en évidence sur les traitements de trois mois ou plus (+51%).

Pour arriver à ces conclusions, les scientifiques français ont étudié la base de données de la Régie d’Assurance Maladie du Québec (RAMQ). Ils ont analysé le développement de la maladie d’Alzheimer chez un échantillon de patients âgés de plus de 66 ans résidant au Québec (Canada) et ayant eu une prescription de benzodiazépines. Au total, 1796 cas d'Alzheimer ont été identifiés sur au moins 6 ans. Ils ont comparé chacun de ces cas avec 7184 personnes en bonne santé dont l’âge, le sexe et la durée de suivi correspondaient. "La force de l’association augmente avec la durée de l’exposition et avec l’utilisation de benzodiazépines à longue durée d’action, par opposition aux benzodiazépines à courte durée d’action" explique Sophie Billioti de Gage, chercheur à l'Inserm.

Lire aussi

Publicité
Pour les scientifiques, même si ce lien de cause à effet n'est pas prouvé, il est fortement suspecté. Ils estiment ainsi que la prise de ces médicaments doit faire l'objet de "prescriptions justifiées" et être "de courte durée". L'idéal serait de la limiter à "quelques semaines, une durée pour laquelle les chercheurs n'ont pas observé d'effets délétères sur le risque de démence" indique le chercheur.

En 2012, une autre étude de l'Inserm avait montré, sur une cohorte française, que les sujets consommant des benzodiazépines présentaient environ 50% plus de risque de développer une démence comparés à ceux qui n’en ont jamais consommé.

* Exemples de médicaments benzodiazépines : Alprazolam (Xanax® et génériques), Bromazépam (Lexomil® et génériques), Prazépam (Lysanxia® et génériques), Tétrazépam (Myolastan® et ses gén

Publicité
Source : Benzodiazepine use and risk of Alzheimer’s disease: case-control study, Sophie Billioti de Gage PhD student1, Yola Moride professor2 3, Thierry Ducruet researcher2, Tobias,
Kurth director of research 4 5, Hélène Verdoux professor 1 6, Marie Tournier associate professor 1 6, Antoine Pariente associate professor 1, Bernard Bégaud professor 1. British Medical Journal (BMJ), 10 octobre 2014.
ctobre 2014.

Vidéo. Comment optimiser son sommeil ?



Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité