Courses ODYSSEA Paris 2017 : l’alimentation du coureur

Les courses Odyssea au profit de la lutte contre le cancer du sein se déroulent à Paris, à l’Hippodrome de Vincennes, le 30 septembre (courses familiales) et le 1er octobre (courses amateurs). Nous y sommes ! Tous les publics sont concernés, petits et grands, jeunes et moins jeunes. Medisite, partenaire engagé d’Odyssea, sera à vos côtés tout le week-end. Avant de vous lancer, voici les conseils nutritionnels dont tout sportif a besoin, en particulier pour les épreuves de 5 et 10 kms.

Publicité
Publicité

Quelques jours avant la course

Les courses parisiennes d’Odyssea se déroulent demain et après-demain. Pensez dès maintenant à adopter une alimentation spécifique pour vous aider à tenir le coup le jour de la course. Et pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour apprendre à bien vous nourrir sur le long terme ? • Mangez des féculents pour augmenter votre réserve de glycogène dont vos muscles ont besoin pour fonctionner. Si l’apport en glucides (et lipides) est trop restreint, le corps va être obligé de puiser dans ses propres protéines pour assurer les réactions énergétiques d’urgence nécessaires à son fonctionnement. Ce qui est très néfaste pour le coureur. • Maintenez une alimentation variée, sans excès : vous assurez ainsi l’apport de différents nutriments nécessaires à un fonctionnement harmonieux et efficace de l’organisme. (Protéines, lipides, glucides, vitamines, minéraux et oligo-éléments). • Respectez le conseil habituel « 5 fruits et légumes par jour » : vous avez besoin des fibres, des vitamines et des minéraux qui vous assurent un bon métabolisme et de l’énergie pour bien courir. • Buvez 2 litres d’eau pour maintenir une bonne hydratation jusqu’au départ. • Pas d’alcool !

Le jour de la course

Publicité

Prenez votre dernier repas 3 à 4 heures avant la course : la digestion doit être terminée avant de courir pour éviter soit les troubles digestifs, soit une baisse de performance,… soit les deux ! Puis éventuellement une (très) petite collation 1 heure avant le départ. • Ne consommez pas d’aliments difficiles à digérer tels que la mie de pain, les plats en sauce, le lait, les jus de fruits (ne buvez surtout pas de lait et juste après un jus d’orange, le mélange serait fatal !) • Pensez à inclure des aliments riches en fer avant la course : abats, foie de veau, cacao, coquillages, poisson, viande, oeufs, légumes frais... • Ne choisissez pas d’aliments transformés mais plutôt des produits frais et naturels (viande maigre, poisson, pâtes, légumes, fruits) • Evitez les aliments trop riches en fibres qui perturbent le transit • Limitez au maximum les graisses : un repas trop lipidique met 7 à 8 heures à être totalement digéré. • Pendant que vous courez, les pertes de magnésium (stress, transpiration...) peuvent générer fatigue et crampes musculaires. Buvez de l'eau plate à température ambiante suffira. Mais par petites gorgées. Sans tube de gel énergétique, ni sucre. La boisson isotonique de l'effort et la boisson gazeuse type soda n'ont pas non plus leur place.

Après la course

« En pratique, on retrouve 3 grands éléments fondamentaux, explique le Pr. Xavier Bigard*. Il faut récupérer les sucres (glucides) brûlés pendant l’effort, mais également l’eau et les sels minéraux perdus par la transpiration (selon la durée de l’effort, son intensité mais également les conditions climatiques), et apporter des protéines, pour re-synthétiser les protéines musculaires détruites pendant l’exercice (suite, entre autres, aux microlésions des fibres musculaires). »

• Le plus urgent ? Les protéines, (environ 20g de protéines si possible végétales type soja) à consommer dans les 30-60 minutes suivant l’arrêt de la course

• Sucre : soit une boisson énergétique du commerce (type Isostar, Gatorade ou Powerade, à ne surtout pas confondre avec les boissons énergisantes, inutiles), soit une boisson fabriquée soi-même (jus de fruits, eau et sucre).

• Il faut se réhydrater, avec de l’eau ou avec une boisson fabriquée soi-même (cf ci-dessus). Elle sera consommée lentement après les protéines, en n’oubliant pas d’y rajouter 1 à 2 pincées de sel (pas plus), pour compenser les manques en sodium dus aux pertes par transpiration pendant l’exercice mais également pour favoriser l’absorption du sucre par l’intestin.

Alors, maintenant, vous êtes parés pour faire de votre course Odyssea une réussite et un souvenir inoubliable !

Publicité

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité