Comment votre nombre d'ovules peut réveler votre risque cardiaque

Des chercheurs américains ont mis en évidence un lien entre la baisse du nombre d'ovules et le risque de maladies cardiaques chez les femmes.

Publicité
Publicité

Les femmes qui sont ménopausées prématurément (avant 46 ans) auraient deux fois plus de risques d'avoir un AVC ou une crise cardiaque dans les années qui suivent, en comparaison aux femmes ménopausées plus tard. C'est ce que rapportent les chercheurs de l'université de Californie à San Francisco (Etats-Unis). Pourquoi ? Pendant un cycle menstruel, les ovaires produisent des œstrogènes. Des hormones qui ont effet protecteur sur le cœur. Mais lorsqu'une femme n'a plus ses règles, le taux d’œstrogènes chute brutalement. Ce qui explique le risque de maladies cardiaques prématurées chez une femme ménopausée précocément.

Les ovaires sensibles au vieillissement du corps

Publicité
Pour leur étude, les scientifiques ont calculé le niveau d’œufs produits chez 1100 femmes non ménopausées, âgées entre 25 et 45 ans. Trois à cinq ans plus tard, les chercheurs ont refait les mêmes analyses sur les mêmes volontaires pour calculer leur risque de maladies cardiaques dans les 10 ans. Résultat ? Celles qui avaient le moins d'oeufs avaient un risque cardiaque plus élevé. Pour les chercheurs, "les ovaires seraient bien plus sensibles au processus de vieillissement du corps". De plus, ils émettent la possibilité que les femmes qui sont ménopausées plus tôt veillissent à un rythme différent.

La ménopause expliquée en images :

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité