Comment empêcher votre cerveau de rétrécir avec l'âge

Publicité

Une étude démontre les risques de la sédentarité sur une partie du corps humain que l'on ne soupçonnait pas forcément : le cerveau.  

Publicité

Les bénéfices de l'activité physique sur la santé ne sont pas seulement immédiats, ils influent aussi sur le corps des années plus tard. A l'inverse, une mauvaise condition physique liée à la sédentarité, en particulier après 60 ans peut avoir de nombreuses conséquences. L'une d'elles vient d'être mise en lumière par des chercheurs de l'université de Boston (Etats-Unis). Leur étude publiée dans la revue médicale Neurology affirme qu'un manque d'activité physique à 40 ans peut conduire à une taille plus petite du cerveau 20 ans plus tard.

"Nous avons constaté une corrélation directe dans notre étude entre une pauvre forme physique et le volume du cerveau des décennies plus tard, ce qui indique un vieillissement prématuré", déclare l'auteure principale de l'étude, le Pr Nicole Spartano. Pour en venir à cette conclusion, les chercheurs ont fait appel à 1583 personnes qui se sont inscrites dans une étude, la Framingham Heart. Les participants avaient un âge moyen de 40 ans, sans aucun diagnostic de démence ou de maladies cardiaques.

Publicité
Gare à une fréquence cardiaque trop élevée

Chacun s'est plié à une épreuve d'effort sur un tapis roulant, puis une deuxième fois 20 ans plus tard avec cette fois un IRM du cerveau. Leur capacité d'effort était estimée en fonction du temps qu'ils mettaient avant d'atteindre un niveau précis dans leur rythme cardiaque. En comparant les résultats des deux tests, les chercheurs ont repéré que le rétrécissement du cerveau chez les personnes qui pratiquaient le moins d'activité physique, allait au-delà de la moyenne naturelle (une diminution de 0.2% par an

Publicité
Ainsi, chaque seuil d'exercice physique fourni en moins équivalait à un an de vieillissement cérébral accéléré. L'étude a également montré que le volume du cerveau des personnes dont la fréquence cardiaque était très élevée pendant l'exercice était plus susceptible de rapetisser rapidement. "Bien qu'ils ne soient pas menés à une très grande échelle, nos résultats montrent que l'exercice à l'âge mûr s'avère important pour les millions de personnes qui montrent des signes de maladies cardiaques", concluent les chercheurs.
eurs.

VIDEO. Des images du cerveau comme vous ne l'avez jamais vu !

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité