Coeur : votre médecin généraliste ne pourra plus vous prescrire le Vastarel®

Publicité

Seuls les cardiologues seront autorisés à initier la prescription de ce médicament pour l’angine de poitrine. Le Vastarel® ne devrait par ailleurs plus être prescrit contre les troubles ORL ou ophtalmologiques. Décryptage.

Publicité

Du nouveau pour le Vastarel®. Dans un point d’information daté du 13 mars 2017, L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) annonce réserver l’initiation de la prescription de la trimétazidine (Vastarel® et génériques) aux cardiologues. A partir du 16 mars 2017, les médecins généralistes ne pourront en effet plus décider de faire commencer un tel traitement à leurs patients . Ils auront néanmoins toujours la possibilité de réaliser un renouvellement d’ordonnance.

Publicité

Réévaluer le bénéfice du médicament au moins chaque année

En cause : l’implication de la trimétazidine dans l’ induction ou l’aggravation de certains symptômes tels que "tremblement, raideur de la posture, mouvements lents, démarche déséquilibrée avec une tendance à trainer des pieds, surtout chez les personnes âgées", souligne l’ANSM. Face à l’importance des risques d’effets indésirables de ce médicament, l’ANSM souligne que "le bénéfice du traitement devra être réévalué par [les cardiologues] a minima tous les ans".

Le Vastarel® contre les troubles ORL ou ophtalmologiques, c’est fini

En parallèle, l’ANSM insiste sur l’importance de respecter la restriction de la prescription au traitement symptomatique de l’angine de poitrine chez l’adulte et de ne plus le prescrire contre certains troubles ORL (vertiges, acouphènes…) ou ophtalmologiques (baisse d’acuité visuelle d’origine vasculaire). Ces indications sont supprimées de l’Autorisation de mise sur le marché (AMM) depuis 2012. Pourtant, "en France, les spécialités à base de trimétazidine continuent à être prescrites dans les indications supprimées de l’AMM". Ainsi, près de 90% des prescriptions concernent ces indications ORL ou ophtalmologiques. "Au vu de ces résultats, il a été décidé que des actions devaient être mises en œuvre en France afin de s’assurer du respect des indications de l’AMM", promet enfin l’ANSM.
Le Vasterel® et ses génériques figurent d'ailleurs sur la liste des médicaments jugés plus dangereux qu'utiles, établie par la revue médicale indépendante Prescrire .

Vidéo. Pourquoi l'ibuprofène peut être mortel

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité