Chikungunya et dengue : Attention à l’utilisation de certains insecticides

Publicité

Contre le moustique tigre, le ministère de la Santé préconise d’utiliser des insecticides à base de perméthrine. Mais cette substance demande quelques précautions d’emploi.

Publicité

A la mi-juillet, plus de 450 cas suspects de dengue ou de chikungunya avaient été recensés en France. Afin de prévenir ces deux pathologies, le ministère de la Santé recommande l’usage de plusieurs insecticides, comme le Biovectrol ou l’Insect Ecran. Mais avant de pulvériser ces produits sur vos vêtements ou votre moustiquaire, il est important de connaître quelques précautions d’emploi, rappelle60 millions de consommateurs.

Une altération de la qualité du sperme à forte dose

Publicité
Publicité
La plupart des répulsifs contiennent en effet de la perméthrine. Cette substance s’attaque directement au système nerveux des insectes afin de permettre leur élimination. Mais à forte dose, elle peut se révéler dangereuse pour d’autres animaux comme les chats ou les poissons. Chez l’Homme, sa toxicité serait moindre. Mais des études avaient démontrées qu’à forte dose, elle pouvait être à l’origine d’altération des paramètres de la qualité du sperme, rappelait en 2011 l’Institut de veille sanitaire.
a>.

Si vous utilisez ce genre de produits, pensez bien à respecter les doses indiquées, à les pulvériser de manière uniforme et dans une pièce aérée.

Sur le même thème : Les bons gestes pour se protéger du chikungunya :



Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité