Chercheur en neurosciences, il se diagnostique psychopathe

Publicité

Lors de ses recherches, James Fallon, spécialiste américain des neurosciences, a découvert qu'il était lui-même psychopathe.

Publicité

Probablement la découverte la plus inattendue qu'il fera de toute sa vie. James Fallon est un spécialiste des neurosciences. Pour lui, le cerveau n'a pas de mystère. Du moins, c'est ce qu'il croyait avant de découvrir que le sien ne lui avait pas tout révélé. Alors qu'il a analysé des tueurs en série, des personnes dépressives, des schizophrènes... il se rend compte en 2005 que le cerveau d'un de ses proches montre une faible activité des zones associées au contrôle de soi, à la moralité et à l'empathie. Après vérifications, il découvre qu'il s'agit en fait de son propre cerveau. Des tests génétiques montrent qu'il porte tous les allèles connus pour être liés au risque d'agression et de violence. James Fallon se définit alors de "psychopathe prosocial". En clair, une personne qui a du mal à avoir de l'empathie mais réussit à se sociabiliser. "Je n'ai jamais tué ni violé qui que ce soit" souligne-t-il. Avant de reconnaître avoir "un esprit de compétition odieux" et être "une sorte d'enfoiré qui fait des trucs débiles qui gonflent les gens". Dans sa famille, on recense sept meurtriers, dont Lizzie Borden, accusée du meurtre à la hache de son père et sa belle-mère en 1892...

Publicité

Publicité
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité