Cette calvitie peut augmenter votre risque de cancer de la prostate

Publicité

Une étude publiée dans le Journal of Clinical Oncology montre que certains types de calvitie peuvent être associés à un risque accru de cancer agressif de la prostate.

Publicité

Avec l'âge, beaucoup d'hommes se dégarnissent. Une évolution naturelle qui pourrait, dans certains cas, être le signe d'un risque élevé de cancer de la prostate. Dans une étude publiée dans le Journal of Clinical Oncology, près de 39 000 hommes ont indiqué s'ils avaient eu une calvitie dès 45 ans, et préciser son emplacement à l'aide d'un schéma. Sur les 53% d'hommes ayant répondu par l'affirmative, la calvite était uniquement frontale pour 46%, au front et légèrement au niveau du vertex (sommet de la tête) pour 23%, au front et modérément au vertex pour 18% et au front et de façon sévère au niveau du vertex pour 12%.

Dégarni du front et du du sommet de la tête : attention !

En parallèle à cela, sur les trois années de suivi, 1138 cas de cancers prostatiques ont été diagnostiqués, dont 571 agressifs (stade 3 ou 4). L'âge moyen de survenue était 72 ans. En comparant les hommes qui perdaient ou non leurs cheveux, les chercheurs ont indiqué que ceux qui étaient dégarnis au niveau du front et de façon modérée au niveau du vertex n'avaient pas plus de risque de cancer de la prostate en général ou de forme non agressive. Par contre, ils avaient un risque accru de 40% de cancer prostatique agressif. "Si nos données montrent la forte probabilité d’un lien entre le développement de la calvitie et un cancer agressif de la prostate, il est néanmoins trop tôt pour changer les pratiques cliniques" a commenté Michael B Cook, un des auteurs de l'étude, dans un communiqué de l’ASCO.

Deux nouvelles analyses consacrées au lien entre cancer de la prostate et calvitie sont en cours.

Vidéo. L'ablation de la prostate en 3D

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité