Certaines huiles pourraient augmenter votre risque de maladie d’Alzheimer

Certaines huiles pourraient augmenter votre risque de maladie d’Alzheimer©Istock

Ses mérites sont vantés depuis plusieurs années. Pourtant, les bienfaits de l’huile ne sont pas si certains. Une nutritionniste britannique alerte d’ailleurs sur les risques de maladies neurodégénératives. 

Publicité
Publicité

L’huile (graisse végétale) a longtemps eu meilleure presse que le beurre (graisse animale) chez les professionnels de santé. Mais cette recommandation est en train d’évoluer. L e Dr Catherine Shanahan, nutritionniste et physicienne interrogée par le DailyMail , épingle certaines huiles végétales sur le risque de maladies neurodégénératives comme la maladie d'Alzheimer.

Publicité

Accumulation de plaques dans le cerveau

Selon elle, la majorité des huiles végétales polyinsaturées - par exemple de canola, de palmier, de maïs, de soja ou de tournesol - a longtemps été privi légiée dans la restauration pour ses avantages en terme de son coût, d’odeur ou de fumée contrairement au beurre ou à l’huile d’olive (monoinsaturée). Or " e lles provoquent un stress oxydatif qui endommage les membranes du cerveau et entraîne l'accumulation de plaques sur le cerveau, déclare la spécialiste. Nous l’avons vu dans les études sur Alzheimer , via des biopsies cérébrales." Selon elle, elles seraient aussi à l'origine de fatigues ou de migraines , mais il est possible d’inverser le processus en coupant tout simplement sa consommation. "En vous en débarrassant, vos papilles se réveilleront un peu, la nourriture conservera son goût d’origine, et vous sentirez une amélioration. Vous aurez plus d'énergie."

Des huiles qui contiennent trop d'acides gras trans

Ces huiles contiennent des acides gras polyinsaturés (oméga-3 et oméga-6) qui s'oxydent facilement, épuisant le corps et les antioxydants, causant l’inflammation et la mutation des cellules . L'hydrogénation partielle des huiles (raffinage - permettant de les solidifier pour les utiliser facilement) pratiquée dans l'industrie et leur cuisson à hautes températures génèrent par ailleurs la formation d' acides gras trans, toxiques et connus pour favoriser le développement de plusieurs maladies : maladies cardiaques, le cancer, le diabète et l'obésité. "Ils sont poisons pour l’organisme" déclarait le Dr Béatrice Colomb dans une étude de l’université de Californie. "Ils pénètrent dans chaque cellule du corps et peuvent perturber les fonctions cellulaires", affirmait de son côté le le Dr Walter Willett, président du département nutrition à la Havard School of Public Health.

"Les entreprises veulent ces huiles parce qu'elles ont des bénéfices antimicrobiens qui prolongent leur durée de vie et les empêchent de se dégrader, mais c'est aussi pour cette raison qu’elles sont toxiques", assure le Dr Shanahan. Mieux vaut privilégier les huiles monoinsaturées, voire saturées : olive, noix de coco, avocat ou arachide, selon elle.

Une étude de 2016 révélait que les avantages cardiovasculaires des huiles sur le beurre avaient été surestimés. Une autre, la même année, que les huiles de maïs et de tournesol étaient cancérigènes une fois chauffées.

Vidéo. La maladies d'Alzheimer en images

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité