Ce que la façon dont vous bâillez révèle de vous

Ce que la façon dont vous bâillez révèle de vous©Fotolia

Des chercheurs ont découvert que la durée du bâillement, propre à chaque espèce animale, reflétait la complexité de notre cerveau.

Publicité

Timidement, à gorge déployée ou dans un grand étirement sonore, chacun a une façon de bâiller qui lui est propre. Mais ce réflexe dévoilerait sur nous plus de choses qu’il n’y paraît. Selon des biologistes de l’université d’Oneonta (Etats-Unis), il existerait une relation entre la durée du bâillement et la complexité du cerveau, chez les mammifères.

Publicité

L’homme bâille pendant 7 secondes

Tous les animaux ne sont pas égaux en matière de bâillement. Pour en savoir plus, les chercheurs ont passé à la loupe 205 bâillements de 177 individus appartenant à 24 espèces différentes. Les primates, dont nous faisons partie, présentent un bâillement de sept secondes, ce qui les classent parmi les plus grands bâilleurs. Juste derrière vient l’éléphant, avec six secondes et le chameau avec cinq secondes. A l’inverse, les souris, les rats, les lapins et les renards présentent les durées de bâillements les plus courtes.

Un bâillement long : un cerveau gros et complexe

Selon les scientifiques, le bâillement pourrait refléter la complexité du cerveau. "Les différences de durée de bâillement semblent spécifiquement liées aux variations de taille et de complexité du cerveau entre les espèces, notamment en terme de nombres de neurones", explique au DailyMail le docteur Andrew Gallup, co-auteur de l’étude publiée dans la revue scientifique Biology Letters. "Nous faisons l’hypothèse que les conséquences physiologiques du bâillement affectent le cerveau de manière globale, selon laquelle des bâillements plus longs pourraient moduler l’éveil cérébral des animaux aux cerveaux les plus gros et les plus complexes", ajoutent-ils. Rien d’étonnant quand on sait que le bâillement permet de refroidir un cerveau en surchauffe et de relancer sa vigilance. Et plus le cerveau est gros, plus il risque de chauffer, essentiellement en cas de fatigue, d’ennui ou de grande faim.

Vidéo. Des images du cerveau comme vous ne l'avez jamais vu

Publicité

Publicité
Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité