Pourquoi la tomate serait anti-cancer ?

Publicité

Des chercheurs ont réussi à décrypter le mécanisme du lypocène, un pigment de la tomate réputé pour ses actions anti-cancéreuses restées mystérieuses jusqu'alors.

Publicité

© FotoliaLa tomate est un aliment dont les vertus sont multiples : peu calorique, elle contribue à l'hydratation de l'organisme, et elle est riche en fibres et en vitamines B. De nombreuses études ont également mis en avant l'un de ses composants spécifiques : le lycopène, un pigment (caroténoïde) qui lui donne cette couleur rouge. Elles ont permis de constater que cette molécule aurait la capacité mystérieuse de freiner la prolifération de cellules cancéreuses.

Des chercheurs de l'université de l'Illinois ont publié dans l'American journal of clinical nutrition une nouvelle étude sur le sujet mettant en avant ses bienfaits contre le cancer. L'équipe scientifique a en effet voulu comprendre quel mécanisme octroyait à cet antioxydant cette propriété médicinale. Elle a pour cela fait pousser des tomates en prenant soin d'optimiser la production de lycopène en cultures, avant de demander à huit participants de les manger.

Publicité
Le but étant de tracer sa présence dans le sang pour comprendre comment la molécule est absorbée puis "distribuée" dans tout le corps. Les chercheurs ont analysé le sang des volontaires et découvert que le lycopène se "transformait" dans l'organisme. Sa structure chimique devient plus souple, et c'est cette transformation qui expliquerait cet effet positif.

"La plupart du lycopène de tomates que nous mangeons existe sous la forme d'isomère tout-trans, une forme rigide et linéaire, mais dans le corps des consommateurs réguliers de tomates, il existe sous la forme d'isomères-cis, qui tendent à être courbées et souples. Parce que cette forme est la plus souvent trouvée dans le corps, certains chercheurs pensent que cela peut être la raison de la réduction des risques de maladie ", explique le chercheur John W. Erdman J

Publicité
Ce bénéfice n'est toutefois pas automatique car il concernerait surtout les consommateurs réguliers de ce fruit-légume. La prochaine étape de l'étude sera de reproduire la même expérience avec des hommes atteints d'un cancer de la prostate pour mieux cibler son fonctionnement face à cette maladie. "Dans l'avenir, nous serons en mesure d'élaborer des recommandations diététiques fondées sur des données probantes pour la prévention du cancer de la prostate", a conclu le médecin.
ecin.

Vidéo Quels aliments pour ne pas être ballonné ?


Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité