Ce gène qui pourrait augmenter votre risque de faire un anévrisme

Publicité

Des chercheurs français de l'Université du CHU de Nantes viennent de découvrir une malformation génétique commune à toutes les personnes présetnant un risque d'anévrisme intracranien.

Publicité

© Adobe StockNouvel espoir dans la prévention contre l'anévrisme intercrânien. Ce trouble cérébral est la formation d'une sorte de poche dans les parois des artères cérébrales touche prsè de 3% de la population et des chercheurs de l'université du CHU de Nantes viennent peut être de découvrir comment le détecter plus simplement et bien avant qu'il ne devienne dangereux. "Chez les personnes concernées la rupture d'anévrisme provoque une hémorragie autour du cerveau plus ou moins importante dont les conséquences peuvent être graves", expliquent le groupe d'étude français. En arrivant à prévenir les risques à l'avance on pourrait éviter le décès.

Un test sanguin plus simple pour diagnostiquer le risque à l'avance

Publicité
Au cours de cette étude, les scientifiques ont passé au peigne fin l'ADN de plusieurs membres d'une même famille avec des antécédents d'anévrisme. Ils se sont alors rendus compte d'une anomalie génétique chez eux qui a également été observée ensuite chez 5 autres groupes familiaux à risque. En plus de cette découverte, il a aussi été confirmé que l'hypertension favorise la formation d'anévrisme.

Pour l'instant, il n'existe pas de test sanguin permettant de diagnostiquer une anévrisme intracrânien, les chercheurs expliquent que cela ne peut se faire que par IRM. "La mesure d'activité de cette protéines présente dans le sang pourrait donc offrir la possibilité d'une détection simple et précoce des anévrismes, intracrâniens et une évaluation du risque de rupture".

Le principal symptôme de la rupture d’anévrisme

L’anévrisme est une partie gonflée d’une artère : à terme, il peut se rompre et provoquer une hémorragie. Le principal symptôme de la rupture d’anévrisme est une douleur soudaine et d’une très grande intensité. Une rupture d’anévrisme cérébral se traduit ainsi par un violent mal de tête tandis que la rupture d’anévrisme thoracique entraîne une vive douleur dans le haut du thorax, pouvant se propager au dos. La rupture d’anévrisme abdominal provoque quant à elle d’intenses douleurs d’estomac et/ou lombalgies… Face à ces douleurs, appelez les urgences, à plus forte raison si d’autres symptômes de rupture d’anévrisme sont présents : perte de conscience, paupière tombante, vomissements, nausées, vision dédoublée, confusion mentale…

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité