Cancer : pourquoi il vaut mieux éviter la douche vaginale

Publicité

La douche vaginale multiplierait par 2 le risque de cancer de l’ovaire selon une étude américaine. 

Publicité

© IstockDans le cadre de leur toilette intime, certaines femmes pratiquent la douche vaginale en injectant de l’eau et différents gels dans leur vagin, à l’aide d’une poire, pour bien le nettoyer. Selon une étude de l’Institut national des sciences de la santé environnementale américain, cette pratique doublerait le risque de cancer de l’ovaire.

Pour aboutir à ce résultat , les chercheurs ont interrogé 41000 femmes américaines et portoricaines depuis 2003, âgées de 35 à 74 ans et en bonne santé. En 2014, 154 cas ont été diagnostiqués d’un cancer de l’ovaire et selon l’analyse des scientifiques, celles qui avaient indiqué pratiquer la douche vaginale en 2003 avaient doublé leur risque.
"Aucune étude n’avait déjà lié la douche vaginale au cancer de l’ovaire" a commenté l’auteur de l’étude Clarice Weinberg, chef adjoint de la biologie à l'Institut national des sciences de la santé environnementale.

Publicité
"Des allées entières dédiées aux douches vaginales"

Selon elle, il est important d’insister sur les différents risques car ce type de toilette est mis en avant dans la plupart des pharmacies : "on trouve des allée entières dédiées aux douches vaginales, suppositoires ou gels destinés à donner à votre vagin d’odeur d’une éclaboussure tropicale ou d’un cookie". Et le problème est que les gens ne font pas la différence entre les vrais produits d’hygiène et les cosmétiques, tous deux vendus en pharmacie, qui ne sont pas soumis aux mêmes types de réglementation, insiste-t-elle.

Une étude de juillet 2015 avait déjà montré les risques d’infection et de perturbation du cycle hormonal issus de la douche vaginale. La raison : une exposition accrue aux phtalates de diéthyle (DEP), des composés chimiques couramment utilisés dans la fabrication d’objets plastiques comme les poires de lavement.
Interrogée par nos soins en janvier 2016 le Dr Odile Bagot, gynécologue, alertait également sur ce type de toilette : "Le vagin contient des bactéries du nom de lactobacilles qui le protègent des germes, si elles disparaissent, c’est la porte ouverte aux infections".

Vidéo. L'incontinence urinaire

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité