Cancer de l’intestin : un composant dangereux dans plusieurs médicaments

Cancer de l’intestin : un composant dangereux dans plusieurs médicaments©Fotolia

L'UFC-Que-choisir alerte sur une liste de médicaments contenant un additif pointé récemment du doigt par l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) pour sa teneur dangereuse en nanoparticules, et un caractère cancérogène possible notamment au niveau des intestins.

Publicité
Publicité

Une récente étude de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) révélait les risques de lésions précancéreuses dans le côlon suite à l’exposition au colorant E171 (dioxyde de titane) notamment contenu dans de nombreux aliments et cosmétiques. Aujourd'hui l' UFC-Que Choisir alerte les pouvoirs public sur la présence du dioxyde de titane dans un grand nombre de médicaments.

Publicité

Doliprane®, Dafalgan®, Efferalgan®...

Ils seraient 4000 à contenir le fameux colorant. Parmi les plus consommés : "Doliprane®, Dafalgan®, Efferalgan® et les génériques de paracétamol, Advil® et les génériques d’ibuprofène®, Spasfon®, Augmentin® et les génériques d’amoxicilline, Tahor® et Crestor® (statines), médicaments à base de metformine (antidiabétiques), d’Omeprazole® (contre les ulcères et le reflux gastro-œsophagien), de losartan® (antihypertenseurs)..." , liste l’association. Elle conseille de faire le test chez soit en jetant un œil sur ses notices.

Selon l’INRA, le colorant est présent sous forme de nanoparticules, infiniment petites et potentiellement toxiques. "Je ne peux pas être affirmatif mais tout laisse à penser que c’est le même type de poudre qui est utilisée par les laboratoires pharmaceutiques.", indiquait le directeur de recherche à l’INRA Eric Houdreau, en évoquant l’étude sur les rats soumis à de l'’E171 en poudre. Le leader du marché des ingrédients à destination de la pharmacie, Colorcon, réfute pour le moement la présence de nanoparticules, mais leur présence à été évaluée à 45% dans la poudre distribuée aux rats de laboratoire...

L’E171 classé comme "cancérogène possible"

Si les lésions repérées chez 40% des rats n’étaient pas cancéreuses lors de l’étude, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) avait déjà classé l’E171 comme "cancérogène possible pour l’Homme". De nouvelles études sont donc nécessaires pour évaluer réellement les risques du dioxyde de titane (TIO 2 ). Elles devraient prochainement être prises en main par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

Vidoé. Le cancer du côlon en images

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité