Bipolarité : la maladie qui ferait vieillir plus vite

Bipolarité : la maladie qui ferait vieillir plus vite©AdobeStock

Selon des chercheurs anglais et américains, les gens dont les parents avaient un trouble bipolaire vieilliraient plus rapidement que les autres.

Publicité
Publicité

Au fil des recherches, on en apprend de plus en plus sur la bipolarité. Dans la dernière en date*, des chercheurs du King's College de Londres et de l'Ecole de médecine du Mount Sinai aux Etats-Unis, démontrent que les personnes ayant des parents souffrant de troubles bipolaires vieilliraient plus rapidement. " Les télomères se rétrécissent et se brisent plus vite chez ceux qui ont des antécédents familiaux de cette malade mentale " indiquent-ils. Les télomères sont des morceaux d'ADN qui protègent l'extrémité des chromosomes et dont la longueur diminue au fil des années, quand les cellules se divisent. Les analyser peut aider à prédire le risque de cancer et de maladie d'Alzheimer. Pour mesurer le vieillissement biologique, les auteurs ont étudié la longueur des télomères de 63 sujets bipolaires et les ont comparé à 74 parents du premier degré et 80 personnes non apparentées. Ils ont également réalisé des IRM pour explorer la relation entre la longueur des télomères et la structure du cerveau, notamment de l'hippocampe, siège de la régulation de l'humeur. Ils ont alors observé que des télomères plus courts étaient associés à un hippocampe plus petit, donc qu'ils affaibliraient la capacité de développement de nouvelles cellules par le cerveau.

Publicité

Déjà un traitement ?

Outre avoir démontré pour la première fois un lien entre bipolarité familiale et vieillissement prématuré, les scientifiques ont aussi découvert que les patients bipolaires traités au lithium avaient des télomères plus longs qu'avec d'autres médicaments. Ce traitement pourrait alors masquer ou inverser les effets du vieillissement . Le lithium, disponible en France sous le nom Téralithe®, n'est pas un antidépresseur mais un régulateur de l'humeur. Ses bienfaits dans la prise en charge des troubles maniao-dépressifs comme la bipolarité ont été découverts dans les années 1970. Une étude publiée en 2009 dans la revue anglaise The Lancet avait prouvé que son association avec le valproate (contre-indiqué en cas de projet de grossesse), traitement aux mêmes propriétés, était la plus efficace pour prendre en charge cette maladie tout en réduisant le risque de rechute. Néanmoins, il reste insuffisamment prescrit notamment parce qu'il est difficile à doser et pas suffisamment rentable pour les firmes pharmaceutiques.

* Neuropsychopharmacology

Qu'est-ce qu'une dépression ?

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité