AVC : un trouble d’alerte qui vous rend plus à risque

Publicité

Des chercheurs canadiens mettent en garde contre un signe d'alerte qui rend certains adultes plus à risque de souffrir d'un accident vasculaire cérébral passé la cinquantaine.

Publicité

Dès la naissance, les malformations cardiaques peuvent être considérées comme un facteur de risque d'AVC. Les adultes qui ont grandi avec ces anomalies anatomiques au niveau du coeur ou des poumons ont en effet un risque considérablement plus grand d'en souffrir comparativement à la population générale, affirme une étude parue dans la revue Circulation. Les chercheurs de l'université de McGill (Canada) ont en effet découvert que si certaines de ces malformations sont fatales quelques jours après la naissance, d'autres n'apparaissent qu'à l'âge adulte, avec de grosses conséquences sur leur santé.

Pour en venir à cette conclusion, les chercheurs ont en effet quantifié le risque probable d'accidents cardiovasculaires chez les personnes qui en sont atteintes. Ils ont analysés les données médicales de 29.638 personnes atteintes de maladies congénitales du coeur et les ont comparés à celles de la population générale, notamment le taux de mortalité associé à des AVC. Leur analyse a révélé que le taux d'AVC causé par un caillot de sang qui bloque une artère cérébrale, connu sous le nom "d'accident ischémique cérébra"l, était environ 9 à 12 fois plus élevé chez les adultes atteints de malformations cardiaques congénitales avant l'âge de 55 ans, et de 2 à 4 fois plus élevé chez les patients entre 55 et 64 ans.

Publicité

Savoir reconnaître les signes

Ces personnes étaient aussi nettement plus à risque de souffrir d'un saignement dans le cerveau, connu sous le nom "d'AVC hémorragique" (5 à 6 fois plus élevé chez les adultes atteints de malformations cardiaques congénitales avant l'âge de 55 ans, et 2 à 3 fois plus élevé chez les patients âgés de 55 et 64 ans). Par ailleurs, 8,9% des hommes et 6,8 % des femmes avec des malformations cardiaques congénitales ont connu au moins une attaque de ce type avant 65 ans. "Nous savions qu’il y avait une connexion entre malformation cardiaque et risque d’AVC, mais nous avons été surpris de découvrir à quel point ce facteur était important" , souligne Ariane Marelli, auteur principal de l’étude.

Dans leurs conclusions, les chercheurs estiment que les facteurs de risque bien connus de l'AVC, comme l'arythmie cardiaque et l'hypertension artérielle doivent être détectés de manière précoce chez ce type de population. Ils soulignent l'importance de visites régulières chez un cardiologue pour détecter le plus tôt possible ces signes, trop souvent considérés comme des symptômes de leur malformation cardiaque. "Les patients, familles et amis doivent aussi repérer les signes d'un AVC pour obtenir de l'aide médicale rapidement s'ils sont face à une attaque", conclut-ils.

Vidéo. L'accident vasculaire cérébral - AVC

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité