Arsenic : Même à très faibles doses, il est cancérigène

Publicité

De nouvelles études ont démontré qu’à des doses comparables à celles ingérées par l’Homme, l’arsenic augmente les risques de tumeurs.

Publicité

Présent dans notre alimentation et l'eau que nous buvons, l’arsenic n’est pas sans danger pour la santé, même aux plus faibles doses recommandées. Des chercheurs du National Institute of Environmental Health Sciences (NIEHS), en Caroline du Nord (USA), viennent de montrer qu’il était à l’origine de cancers bénins et malins des poumons.

Plus de tumeurs au poumon chez les mâles

Publicité
Dans leur étude publiée dans la revue Archives of Toxicology, les scientifiques ont exposé des souris à divers niveaux d’arsenic inorganique : 50, 500 et 5 000 parties par milliard (ppb), des niveaux auxquels l’Homme est exposé. Le composé a été introduit dans leur boisson, trois semaines avant leur période de reproduction, puis durant la grossesse et l’allaitement. Les souriceaux ont ensuite reçu le même traitement lors de leur sevrage et tout au long de l’âge adulte.

Les chercheurs ont constaté que la moitié des souriceaux mâles souffraient davantage de tumeurs pulmonaires, bénignes ou malignes, après une exposition à 50 ou 500 ppb d’arsenic. Pour les rongeurs femelles, seuls les cancers bénins augmentaient. En revanche, chez les souris exposées à 5 000 ppb, aucune hausse significative n’a été relevée.

"Même s’il ne s’agit que d’une seule étude, elle s’ajoute à un ensemble de preuves de plus en plus consistantes qui montrent les effets néfastes sur la santé d’une exposition très faible à l’arsenic ; cela suggère qu’aucun niveau d’arsenic ne semble être sûr", a déclaré le Dr Linda Birnbaum, la directrice du NIEHS.

En France, la règlementation impose une dose maximale d’arsenic de dix microgrammes par litre dans les eaux destinées à la consommation. Mais ce composé peut également se retrouver dans certains aliments.

Mieux comprendre le cancer des poumons :

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité