Antidouleurs : ce type de médicaments augmenterait le risque de crise cardiaque

Antidouleurs : ce type de médicaments augmenterait le risque de crise cardiaque©Istock

Ibuprofène, naproxène, diclofenac... Les anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) font à nouveau l’objet d’une étude, de très grande ampleur cette fois-ci, soulignant leur potentiel lien avec des risques accrus de crises cardiaques.

Publicité
Publicité

Le lien entre anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) et problèmes cardiaques a déjà été souligné dans de nombreuses études. Dernièrement, des chercheurs de l’université de Montréal ont effectué une méta-analyse gigantesque, la plus grande effectuée sur le sujet, pour confirmer le danger cardiovasculaire lié aux AINS. Ibuprofène*, diclofenac**, célécoxib***, naproxène****, rofécoxib*****, leur prise augmenterait le risque de crise cardiaque de plus d’un cinquième dès une semaine, selon eux.

Publicité

Une possible réduction du diamètre des artères

Pour aboutir à cette conclusion, les scientifiques ont réalisé une analyse de toutes les études déjà parues sur le sujet, combinant les données d’environ 450 000 patients, dont 61 000 avaient eu une crise cardiaque. Selon leurs informations, plus la dose d’AINS prescrite était haute, plus le risque était grand. Ils ont cependant souligné que pour la plupart des patients, le risque absolu de crise cardiaque pendant l'année associé à la prise d’AINS n’était que de 1%. Mais cela devrait être suffisant, selon eux, pour que les médecins analysent plus en profondeur la balance bénéfices/risques avant d’en prescrire, ou bien d’augmenter les doses.
Ils soupçonnent notamment les AINS de réduire le diamètre des artères, d’augmenter la rétention des fluides et la pression sanguine. Ils favoriseraient aussi l’agglutination des plaquettes et la formation des caillots, selon certaines études.

Très rapide augmentation des risques

"Prendre pendant 1 semaine à 1 mois une dose élevée d’AINS, en particulier de l'ibuprofène (plus de 1200 mg / jour) serait particulièrement dangereux", ont indiqué les chercheurs. Cela correspond à la dose maximale recommandée pour les adultes, soit 400 mg trois ou quatre fois par jour (un maximum de 1 600 mg).
En détail :
- Ibuprofène pendant une semaine : risque accru de 48%
- Célécoxib pendant une semaine : risque accru de 24%
- Diclofénac pendant une semaine : risque accru de 50%
- Naproxène pendant une semaine : risque accru de 53%
- Rofécoxib pendant une semaine : risque accru de 58%
Une prise d’ibuprofène pendant un mois augmenterait par ailleurs le risque de 75%. Selon les données étudiées, celui-ci diminuerait cependant après l'arrêt du traitement.

Des aspects demeurent flous

"Avec cette nouvelle étude, je pense qu'il existe probablement une véritable association entre la prise de ces analgésiques et les crises cardiaques", a commenté Le professeur Kevin McConway, de l’Open university (Royaume-Uni), "Mais, malgré le grand nombre de patients impliqués, certains aspects demeurent flous. Il reste possible que les anti-inflammatoires ne soient pas réellement la cause des crises cardiaques supplémentaires. Rappelons-nous également que tous les médicaments ont des effets secondaires, et qu’on ne prescrit pas ce genre d’anti-inflammatoires pour s’amuser, mais pour faire face à une véritable douleur".

*entre dans la composition de : Voltarène ®, Xenid ®, Misoprostol ®...
** entre dans la composition de : Advil ®, Anadvil ® et Rhinadvil ®, Antarène ®, Brufen® , Cliptol ®, Intralgis ®, Nureflex ® et Nurofen ®, Solufen ®, Spedifen ®, Upfen ®, Vicks Rhume ®...
*** entre dans la composition de Celebrex ®, Celecoxib ®, Onsenal ®...
**** entre dans la composition de Antalnox ®, Apranax ®, Naproxène ®...
***** entre dans la composition de Vioxx ®.

Vidéo. Pourquoi l'ibuprofène peut être mortel

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité