Allergies : des médicaments bientôt déremboursés

Les traitements de désensibilisation de l’allergie pourraient bientôt faire l’objet d’un déremboursement partiel ou total, suite à une recommandation de la Haute Autorité de Santé (HAS). Décryptage.

Publicité
Publicité

© Adobe StockDiminuer le taux de remboursement de 65% à 15%. C’est ce que la Haute Autorité de Santé (HAS) recommande pour les comprimés à base d’allergènes préparés spécialement pour un individu (Apsi). Pour les traitements injectables, les préconisations de la HAS sont encore plus drastiques puisqu’ils subiraient un déremboursement total. Autrement dit, si vous souffrez d'allergie et que vous souhaitez entamer une désensibilisation, cela pourrait bientôt vous coûter plus cher.

Une recommandation vivement contestée

La HAS a lancé en décembre 2017 une consultation publique pour recueillir les avis des différents acteurs concernés par ce projet : associations, patients, professionnels, sociétés savantes mais aussi industriels. Si cette recommandation n’est pour le moment qu’au stade du projet, elle provoque déjà de vives réactions du côté des patients et des allergologues. Quand la HAS conteste l’efficacité de la désensibilisation et l’intérêt de ces traitements pour la santé publique de ces produits, la docteure Isabelle Bossé, présidente du Syndicat français des allergologues (SYFAL) rappelle dans un édito publié sur le site du Journal International de Médecine (JIM) "que la désensibilisation est un traitement de la cause de l’allergie, le seul qui soit capable de modifier l’évolution de la maladie, et qu’il est adapté à chaque allergie de chaque patient". De même, dans une tribune publiée sur le site des Echos, le professeur Pascal Demoly (président du Collège des enseignants d’allergologie), la professeure Jocelyne Just (présidente de la société française d'allergologie) et le docteur Philippe Bonniaud (vice-président de la société française d'allergologie) s’insurgent : "La communauté allergologique est choquée".

Publicité

25 à 30% de la population concernée par une allergie

Ces médecins spécialistes rappellent également que "la désensibilisation, inventée au début du siècle dernier par le docteur Noon (1911), permet de rééduquer le système immunitaire. C’est-à-dire lui apprendre à accepter des choses aussi anodines de notre vie telles que les pollens, les acariens ou les animaux domestiques. La désensibilisation est principalement destinée aux patients allergiques pour qui les traitements symptomatiques (anti-histaminiques, corticoïdes) sont peu efficaces ou mal tolérés". Rendre ces traitements moins accessibles représenterait donc un obstacle majeur dans la prise en charge de l’allergie, d’autant que l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) estime aujourd’hui qu’en France, "25 à 30% de la population est concernée par une maladie allergique".

Publicité

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité