Accro au canapé plutôt qu’au sport ? Blâmez vos gènes !

Si un plateau télé devant un match de foot vous tente plus qu’une sortie à vélo, ne culpabilisez pas ! Une mutation génétique favoriserait l’inactivité.

Publicité
Publicité

Si le week-end, vous préférez rester avachi sur votre canapé devant la télévision plutôt que de faire un footing, vous n’êtes peut-être pas le seul coupable ! Selon des chercheurs britanniques et chinois, un gène expliquerait que certains d’entre nous soient plus enclins à l’inactivité et à la prise de poids que d’autres.

Un gène responsable des rats de canapé

Publicité
Pour expliquer cette vague de "couch potatoes" (terme désignant les accros du canapé), les scientifiques ont cherché du côté de la génétique. Le gène SLC35D3 est à l’origine de la production d’une protéine stimulant la dopamine. Elle régule l’alimentation ainsi que les niveaux d’activité physique. Deux groupes de souris ont ainsi été observés, l’un composé de rongeurs sains, l'autres de rongeurs ayant subi une mutation de ce gène. "Nous avons découvert que les souris porteuses de cette mutation génétique étaient de véritables rats de canapé", a expliqué le Pr Wei Li, auteur principal de l’étude, publiée dans la revue PLOS Genetics. "Elles marchaient un tiers moins qu’une souris normale, et quand elles bougeaient, elles le faisaient plus lentement." Elles présentent également un poids supérieur aux rongeurs sains.

Un médicament pour contrer le "couch potatoes" ?

Les chercheurs ont mis au point un traitement pour les souris présentant la mutation, capable de se substituer au gène déficient. Ils ont toutefois précisé que si la génétique peut en partie être jugée responsable, de bonnes habitudes de vie sont nécessaires pour réussir à abandonner son canapé !

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité